Parigi - Appel Mayday 2014

1 / 5 / 2014

Au-delà du rituel, ce Premier Mai est une journée de mobilisation et de lutte partout dans le monde.

 Occasion pour les multitudes des femmes et des hommes qui dénoncent les conséquences sociales de la crise globale, crise qui touche de façon différente chaque zone de notre planète.

 Mais deux aspects sont présents et visibles partout: la croissance vertigineuse des inégalités et les réactions autoritaires et répressives du pouvoir face aux revendications sociales.

 C'est pourquoi deux mots, anciens et actuels au même temps, résonnent partout dans la rue : égalité et liberté.

 L'origine anglo-saxonne de « May Day » désignait la célébration celtique du printemps, ensuite  la journée internationale du travail grâce aux luttes pour la journée de huit heures salariées. Aussi pour ne pas oublier le massacre des ouvriers de Haymarket à Chicago en 1886.

 Encore e toujours "liberté" et "égalité" parce que dans sa métamorphose le travail reste une condition d'exploitation et une brutale contrainte du capital dans toutes ses formes.

 « May Day » signifie aussi, universellement, l'aide au secours lorsqu'on se se trouve en danger de vie. Ce cri traverse le Premier Mai et chaque frontière.

 Ces frontières artificielles conçues pour séparer et exploiter le travail de nous tous. Pour transformer notre force de coopération collective en rente privée pour un nombre très restreint de personnes. Pour exercer ce pouvoir parasitaire sur nous tous . 

 Chaque Premier Mai devient désormais de plus en plus lourd et insupportable.

 Les revendications de liberté et d'égalité traverseront toutes les frontières, en premier celles institutionnelles de l'Union Européenne où les politiques d'austerité tentent de rendre vain tout partage de la richesse socialement produite, c'est -à-dire un revenu digne pour toutes et tous.

Les frontières du Méditerranée aussi, où les barbelés, les milices maritimes, les centres de détention et les dispositifs juridiques nient les droits fondamentaux et la citoyenneté aux immigrés.

 Les frontières des vieux et des nouveaux nationalismes qui prônent des politiques d'exclusion et de guerre comme solution à la crise.

 Les frontières établies par le capital financier pour exploiter les ressources, barrières et obstacles qui empêchent l'accès universel aux « commons », nos biens communs.

 Globalproject sera dans la rue contre toute frontière, là où résonnent les « mayday » de liberté et d'égalité. Berlin, Instanbul, Milan, Paris, la liste est longue.

 Suivez-nous toute la journée du Premier Mai et contribuez activement : hashtag #1M et #EuroMay.

 www.globalproject.info

Bookmark and Share